Reprise en cours d'une agence de communication à Paris

Bonjour à tous,

Je lance les hostilités et vous présente une de mes reprises en cours. Elle est en standy à cause du confinement dû au Coronavirus, mais reprendra dès la fin de la crise.

Il s’agit donc d’une entreprise de communication située à Paris, avec un chiffre d’affaire de 1,5M€ par an et un EBE retraité (par nous) de 250K€. Elle dispose en outre d’une trésorerie nette des dettes de 100K€. Mais cette trésorerie n’est pas disponible, elle est nantie par le bailleur des bureaux (bureaux absolument splendides).

Le potentiel pour moi est très important car il y a des ponts avec mes autres activités. La société s’occupera notamment de ma propre communication.

La reprise se fait de la manière suivante :

20% en crédit-vendeur
80% en émission d’obligations convertibles avec remboursement In Fine, sur 4+1 an. Les obligations sont convertibles uniquement en cas de défaut de remboursement du principal en année 5.

Aucun apport personnel et pas plus de caution personnelle.

Je ne peux pas donner le chiffre exact, mais en tenant compte de la trésorerie (et même sans d’ailleurs), nous reprenons cette société moins de 3X EBE, ce qui est assez extraordinaire, compte tenu du secteur d’activité et de la localisation de la société.

Cette entreprise amène donc :

  • 1,5M€ de plus de chiffre d’affaire à mon groupe.
  • Aujourd’hui, environ 1M€ de valeur patrimoniale. 3M€ à terme, avec un peu de travail de ma part. Le mot-clé est : un peu.
  • Environ 100K€ annuel de revenus dans ma poche.

En faisant ça 1 seule fois par an (je compte le faire au moins 10 fois), cela créé en 10 ans :

  • 15M€ de CA.
  • 10M€ de valeur patrimoniale.
  • 1M€ de revenus annuels.

Et sans argent perso… donc pas d’excuses pour ne pas s’y mettre à fond ! Ces belles boites existent et sont partout. Et à ma connaissance, pas d’équivalent pour une telle création de richesse sans être né avec quelques couverts dorés dans le bec… Même pour ceux à qui il ne reste que quelques années avant la retraite…

2 catégories de personnes : ceux qui SAVENT que ce n’est pas possible, et ne le font pas. Et ceux qui, comme moi, ne le savent pas, et donc le font… :laughing:

Comme c’est le début, je rappelle : pas de « super », « merci » ou « félicitations » en commentaires. Pour ça, il y a le petit coeur (like en français).

Excellent dimanche à tous,

Sebastien

73 J'aimes

Bonjour @Sebastien,
Pourrais tu nous en dire plus sur le comment tu en es arrivé à ce deal?
Quel sourcing as tu utilisé?
Combien de temps entre le premier contact et maintenant?
En bref, comme disent les Brits: Quel a été ta (et celle de ton équipe) journey?
Merci pour ce partage
Bonne journée

5 J'aimes

Bonjour Sébastien, bonjour à tous,

Merci de nous donner un exemple concret de deal en cours.
Je voulais te poser 3 questions sur ce projet:

  • quel est le taux d’intérêt des obligations convertibles ?
  • le prix de cession est -il de 3x EBE ou 3x EBE retraité ?
  • enfin, concernant le futur dirigeant, s’agit-il de quelqu’un déjà présent dans la boîte, ou amènes-tu quelqu’un de ton réseau ?

Merci beaucoup par avance de tes réponses, et bon confinement !

Camille

7 J'aimes

Hello David,

Bienvenue ici !

Pour ce deal, le lead vient du site Fusacq. Et entre le premier contact et la date de signature finale prévue (repoussée à cause du Covid-19), il s’est passé 6 mois. Donc nous sommes sur la moyenne basse quand il y a un broker au milieu et des partenaires financiers.

J’ai rencontré le cédant 3 fois en tout et ai échangé une cinquantaine de fois par téléphone et/ou email.

En sachant que je me suis retiré 4 fois du deal, car certaines conditions ne me convenaient pas.

Donc pas un deal « by the book » comme je les aime, mais une opération tout de même relativement simple.

Excellente journée.
Sébastien

8 J'aimes

Salut Camille,

Bienvenue !

Le taux est à 4%, il aurait été à 6% si j’avais choisi des non-convertibles. Ce qui reste excellent, surtout en in fine.

Le prix est sous les 3 X EBE retraité. Mais avec mes propres retraitements, donc des retraitements justifiés.

En ce qui concerne le futur dirigeant, il était déjà dans la société. Je ne fais pas de deals sur des entreprises qui n’ont pas un Homme clé identifié.

Excellente journée.
Sébastien

9 J'aimes

Bonjour Sébastien,

Tout d’abord, merci d’avoir crée ce forum francophone !!

N’est ce pas la même chose 20% crédit vendeur et 80% OC ? On pourrait presque dire que ce deal est un 100% crédit vendeur non?

Quelle garantie le vendeur a t’il demandé pour les 20% de CV ?

2 J'aimes

Re bonjour Sébastien,

Concernant ton partenaire financier, pourrais tu stp me mettre en relation avec lui ?
J’ai en effet un projet en cours de reprise d’une entreprise basée en Gironde (LOI en cours de signature) et serai prochainement à la recherche de financements.
Si besoin, je peux te présenter plus en détails le deal en message privé.

Merci d’avance

2 J'aimes

Hello Luis et bienvenue !

Ravi que le forum te plaise.

On est sur 2 mécanismes très différents, et du coup, 2 créanciers différents. Le CV est dû au cédant (sur 5 ans) et les OC à un organisme d’émissions obligataires (4 ans de remboursement des intérêts uniquement + 1 an pour rembourser le principal).

Mais on est bien sur un deal 100% ADA (Argent Des Autres), puisque je ne mets pas un centime perso.

Aucunes garanties sur le CV. Mais ce n’est pas tous les jours… :slight_smile:

6 J'aimes

Re Camille,

Bien sûr, je te mets en contact avec plaisir. Envois-moi juste un email et je m’occupe de l’introduction avec lui.

Et avec plaisir pour en savoir plus sur ton deal ! :slight_smile:

Amitiés,
Sébastien

1 J'aime

Ah d’accord on peut faire des OC avec un tiers !! Enorme… ! Bien joué.
Du coup ils ont payé le vendeur les 80% cash au closing j’imagine ?

3 J'aimes

Tout à fait, le cédant prend 80% du prix au closing. :slight_smile:

Les obligations sont un outil magnifique, en complet ou remplacement du LBO bancaire, je confirme.

8 J'aimes

Bonjour Sébastien.
Deux questions.
Le crédit vendeur n’a pas de garantie, mais si tu as toi-même emprunté, c’est tes biens personnels qui sont en garantie automatiquement. Donc il y a une caution implicite dans ce deal, et il n’est pas à 0 risque.
Deuxième question ; C’est bien l’organisme extérieur qui a émis des obligations qu’elle revend à des tiers et qui a reprêté le montant des obligations émises. Mais à qui a-t-elle prêté ? Je ne vois pas comment les obligations qu’elle a émises peuvent être convertibles. Convertibles en actions de la société achetée ? Le seul moyen que je voie est que la société qui a émis les obligations a demandé en garantie un nantissement des actions de la société. Mais là aussi, je ne comprends pas l’intérêt pour la société émettrice et prêteuse de prendre un nantissement, cas si le prêt n’est pas remboursé c’est que l’affaire va mal et les actions ne valent plus rien. Ce serait intéressant que tu détailles un peu plus précisément le montage financier. En attendant merci pour cette excellente initiative.
Jean-Jacques

5 J'aimes

Bonjour Jean-Jacques et bienvenue !

Pas de garanties demandées sur le crédit-vendeur dans ce deal. Mais de toutes façons, les garanties sur les CV sont en général de peu de valeur, car il s’agit de nantissements.

Donc absolument aucun risque personnel sur la partie crédit-vendeur.

Pas plus que sur le reste, c’est l’une de mes règles les plus importantes, je n’accepte jamais de me porter caution personnelle.

En ce qui concerne l’émission obligataire, l’emprunteur est mon Holding, et là encore, aucune garantie n’est demandée par l’organisme qui se charge de faire la levée (un fond spécialisé dans ce type de montages). La seule condition qui déclencherait la conversion des obligations en actions serait que je ne rembourse pas le principal en année 5. Ils ne prennent pas de nantissement, c’est inutile puisque les obligations sont convertibles.

Je ne saurais pas comment plus détaillé car c’est vraiment aussi simple que ça. :slight_smile: J’avoue que je suis resté sur le cul en découvrant cette option, qui est certes plus chère qu’un LBO bancaire, mais beaucoup plus souple aussi. Et puis là, c’est un cas exceptionnel, en général, les obligations sont une partie de la dette levée, pas la totalité.

Dis-moi si j’ai répondu à tes questions.

Excellente journée.
Sébastien

9 J'aimes

Salut Sébastien.

Si j’ai bien compris c’est la holding qui a acheté les actions avec un crédit vendeur de 20% sans donner de garanties et a émis des obligations convertibles en actions de la holding. Cette holding est sans doute uniquement dédiée à l’achat de cette affaire et remboursera les propriétaires des obligations avec les dividendes générés par les actions de la société achetée. Effectivement ce montage tient la route à condition de trouver des acheteurs pour les obligations qui n’ont pas vraiment de garanties dans la mesure où si la holding a des difficultés c’est qu’elle ne reçoit pas les dividendes escomptés et que la valeur des actions qu’elle possède ne valent pas grand-chose et que de ce fait ses propres actions ne valent pas grand-chose non plus. La difficulté est de trouver un acheteur pour les obligations. Si tu y es arrivé chapeau !

Jean-Jacques

2 J'aimes

Re Jean-Jacques,

Avec les partenaires financiers que j’utilise, aucunes difficultés à trouver preneur pour les obligations. Les émissions sont complétées en quelques jours et sur la majorité des opérations, seuls 10% des investisseurs qui veulent souscrire sont servis… Il y a vraiment beaucoup d’argent qui cherche à s’investir. Et je pense qu’après la crise actuel, il y en aura encore plus.

Excellente fin de journée.

Sébastien

6 J'aimes

bonjour Sebastien, j’ai hate de lire ton livre sur la reprise d’entreprise

3 J'aimes

Bonjour Sébastien,
Merci pour ces infos précieuses. J’ai moi-même créé mon agence de communication digitale pour marques de luxe il y a moins de 4 ans à Paris et Bordeaux. Nous avons atteint cette année le M de CA, avec augmentation de la masse salariale et toujours 5% de résultat net.

Tu réponds déjà à beaucoup de mes questions sur la cession qui est une option que nous envisagions avec mon associé, je serais heureux d’échanger avec vous (et partager notre travail).

Mais surtout j’attaque la reprise d’entreprises à mon tour, car j’adhère parfaitement à ta philosophie. Le BTP m’attire aussi beaucoup, ayant réalisé plusieurs investissements immobiliers en parallèle et ayant une vraie affection pour ces métiers.

A très vite j’espère
Nicolas

9 J'aimes

Bonjour Nicolas et merci pour ton partage !

Avec plaisir pour discuter de ton agence et pourquoi pas d’une reprise après le passage de la crise. :smiley: N’hésites pas à m’envoyer un message privé.

Tu as raison pour le BTP, c’est l’un des secteurs dans lesquels il y a les plus belles opérations à réaliser !

Au plaisir,
Sebastien

5 J'aimes

Bonjour Sébastien,

pourrais-tu expliquer plus en détails ce que sont les obligations convertibles et comment ça fonctionne stp? Qui va donc payer ces 80% au cédant?

Merci de ta réponse

2 J'aimes

Bonjour Sébastien.
Je suis nouveau sur le forum, et vous me faites découvrir un monde passionnant, à un moment dès plus opportun.
Pouvez-vous me conseiller des documents, livres ou autres… Qui me permettront d’apprendre les bases financières de la reprise d’entreprise sans apport ni caution personnelle.
Dans l’attente de vous lire.