Reprise d'entreprise sans expertise

Bonjour à tous,

J’ai passé un peu de temps sur Internet pour essayer de comprendre comment fonctionne la reprise d’entreprise.
Des éléments que j’ai saisis, il y a 1 facteur essentiel (qui nest bien entendu pas le seul) :

  1. L’expertise dans le domaine de reprise. Donc si je veux reprendre une entreprise de mécanique de précision sans rien n’y connaitre, les chances de reprises sont proches de 0.

Je sais quil y a toujours un exemple qui prouve le contraire, mais lorsqu’on na pas d’expertise mais profil généraliste, que conseilles-tu ?
Merci pour ce que tu fais :wink:

Guillaume

7 J'aimes

Bonjour,
je n’ai pas encore fait de reprise mais suis en recherche active.
J’ai eu vendredi dernier (20/03) un échange par tél avec un broker à propos d’une sté de plomberie (je suis dans l’IT) et voici les points clés relevés selon cet interlocuteur :

  • Pas du métier : Manque de crédibilité auprès de fournisseurs, clients et banquier, si très petite boite (moins de 5 personnes et prix de vente <400k sans autre management que le chef d’entreprise cédant).
    En revanche, si l’entreprise est plus importante, il y a au moins un manager ou homme clé en place capable de « diriger » au niveau expertise métier. Dans ce cas, cela rassure tout le monde. La banque qui finance est encore plus sensible quand on « verrouille » cet homme clé en le faisant monter au capital (même 5%) de la cible.
9 J'aimes

Bonjour Guillaume,

Et bienvenue !

Je ne serais pas aussi drastique que toi, ça n’amène pas les chances à 0, même s’il est vrai que ça les réduit. D’ailleurs pas forcément pour des raisons techniques mais plus pour des raisons de création du rapport. On ne parle simplement pas la même langue.

2 exemples de stratégies pour circonvenir ce problème :

  • Passer par une entreprise en difficulté. Car là, aucun souci de ne rien connaître au domaine, les cédants sont beaucoup moins regardant… Et utiliser cette première acquisition comme « pied dans la porte » pour d’autres.

  • Trouver un associé qui est du métier.

Mais dans l’absolu, j’ai fait des reprises en ne connaissant rien au domaine. Juste en faisant « mes devoirs » en amont. Donc ça reste possible. Mais il est vrai que c’est plus complexe, dans les premières phases.

Excellente journée.
Sébastien

9 J'aimes

Je confirme comme Loïc que pour les « grosses » acquisitions, dès lors qu’il y a un Homme clé dans l’entreprise, cela ne pose plus aucun problème.

Je précise toujours que je ne compte pas diriger les entreprises d’un point de vue opérationnel. Tant aux cédants qu’aux banques. Que je ne gère que le niveau stratégique, et que souvent, mon regard neuf et novice est un apport important pour le développement.

7 J'aimes

Oui comme dit Sébastien, ça dépends du cas de figure et de ta situation, si tu cherche à te « créer un job » et que tu te lances dans un rachat d’une entreprise ou tu vas devoir travailler au quotidien et amener ton expertise, c’est beaucoup plus compliqué sauf à aller dans un domaine qui te passionne…
par exemple, la reconversion où tu redécouvres que tu as toujours voulu pétrir la farine et faire du pain, là racheter une petite entreprise avec quelques salarié, suivre une formation et vivre de ta passion.

Pour ma part, je ne souhaites m’investir que dans les choix stratégiques, pas dans l’opérationnel au quotidien (tout en ayant conscience de ce qui s’y passe et comment ça marche…).

En tout cas, c’est une superbe expérience humaine, chercher, étudier différent deal, rencontrer des cédant, poser des questions, ne pas avoir peur de ne pas faire une deal que vous ne sentez pas.

Enjoy!

9 J'aimes

Super, merci beaucoup pour vos réponses !
Sébastien, je me suis inscrit sur la fiche pour être recontacté pour la formation.
A très vite

2 J'aimes

Je suis assistée par la CCI, vu CCA et BGE aussi (suis au chômage donc beaucoup accompagnée mais vous pouvez les contacter, c’est leur job d’aider les repreneurs.
Ils m’ont tous avertis, qu’il fallait quelqu’un du métier ou avec une expérience de 3 ans mini pour certaines entreprises réglementées mais pas pour toutes et m’ont dit que j’ai aussi de gros atout: 1- je me bouge, 2- je cherche des infos toute seule, 3 j’ai fait du contrôle de gestion/réduction des coûts/budget dans un ancien job et ça me donne un super profil car souvent les gens de métiers n’ont pas toujours cette casquette qui est plus difficile à acquérir (souvent ils détestent les chiffres)

8 J'aimes

Je suis encore employé dans un grand groupe hôtelier sur Paris, je cherche à me lancer dans le repreunariat. Pour être honnête avec vous, j’ai un peu « peur » car je n’y connais rien en lois juridique, comptabilité… Si une personne pouvait me donner des conseils, coup de main, je serais preneur.

1 J'aime

Bonjour,
Parmis mes amis, l’un d’eux a comme métier la relance d’activité d’entreprises, c’est-à-dire le repreneuriat* mais pas pour lui-même.
Je confirme tout ce que Sébastien a écrit ci-dessus.
L’important est de bien savoir s’entourer, et de déceler dans l’entreprise à reprendre les personnes qui la connaissent (sa clientèle,ses faiblesses, les erreurs de la direction…) et sont les experts sur lesquels on peut s’appuyer.
Quelquefois ils sont partis de l’entreprise un peu avant…
D’avoir écrit sa partition avant, fait ses gammes, et ensuite jouer la partition avec les personnes adéquates. (Pardonnez-moi les paraboles musiciennes, c’est l’une de mes activités)

Quand vous voyez qu’un directeur d’hôpital n’est pas du tout médecin, faites le parallèle.
Bon évidemment, c’est peut-être pas le meilleur exemple en ce moment ^^

Merci Sébastien d’ouvrir les yeux à celles et ceux qui pourront agir.

*) j’écris repreneuriat car c’est le terme qu’il utilise. J’aime bien reprenAriat qui fait penser à partenAriat.

10 J'aimes

Salut Louis,
Commence par lire les livres de sébastien qui sont offerts ici.
ça donne une très bonne vision, j’aurais aimer lire ceci avec ma première reprise d’activité.

2 J'aimes

Ou trouve-t-on le livre offert je ne le vois pas :rofl:

Tu as ici toutes les infos :smiley: :
https://forum.reprenariat.com/t/livre-offert-avec-bonus-pour-les-membres-actifs

1 J'aime

Ca y est, je me suis inscrit à la formation ! J’attends les accès :slight_smile:

1 J'aime

Bonjour,

Si sa peut t’aider Louis, tu peux démarrer ta réflexion à partir de ton objectif personnel par rapport au reprenariat.

Si tu souhaites changer de métier et être dans l’opérationnel tout en reprenant une boite, tu peux très bien reprendre une TPE de 300 à 500K€ avec 2-4 salariés et toi te positionner en « Gérant Chef d’équipe » par exemple. Tu devras au besoin te former pour obtenir / développer les compétences métiers rattachées au secteur d’activité de la boite. Pour les aspects comptables, juridiques, sociales tu pourras toujours t’appuyer sur ton cabinet comptable (coût à voir). Concrètement ici ce serait nécéssaire que tu saches au minimum tenir un tableau de bord excel de recettes / dépenses, un minimum d’administratif (classer et transmettre tes factures au cabinet)… Simple et sans prise de tête, mais au moins tu suis ton activité ! Plus tard tu délègues au fil des progrès de ta boite (recrutement secrétaire comptables, Assistant de Gestion…).

Si tu souhaites te positionner en gérant ou dirigeant (hors opérationnel), autrement dit disposer d’une équipe en place qui sait faire tourner la boite en autonomie sous ta supervision, il te faudra opter pour une entreprise déjà structurée. Généralement entre 500K€ et 1.2M€ de chiffre d’affaire, 5-10 salariés. En général, plus la boite et grosse, plus elle a la possibilité de fonctionner en autonomie car plus tu diposes de personnes Clés dans ton effectif (managers, chefs d’équipe…).
Dans ce cas de figure, forme toi un minimum sur comment Gérer les aspects commerciales, développement d’entreprise. Etre crédible c’est important aussi.
Enfin rassures-toi, tu peux aussi te faire accompagner pour y arriver si c’est là ton objectif et que tu démarres sans expérience en tant que Dirigeant. Pour les parties comptables, juridiques, tu laisses sa pour le cabinet d’expertise comptable aussi. Tout est possible en réalité :slight_smile:

Généralement, demande toi ce qui est vraiment en cohérence avec ton profil, tes objectifs, compétences et centres d’intérêt et fonce ! S’agissant de savoir quelle positionnement personnel adopter dans un projet de reprise, sa peut grandement aider.

5 J'aimes

Merci pour votre réponse. Je suis en train de lire le ebook de Sébastien. Il est important pour moi de me lancer dans un secteur qui m’attire (je pense notamment au secteur du tourisme). J’ai des compétences en langue étrangère, cela peut être un plus. Je me documente sur le sujet. Et pourquoi ne me lancerais je pas pour le commencement avec un associé, je suis sûre que je trouverais.

2 J'aimes

Merci encore pour vos aides, réponses. :smiley:

Bonjour,

Je suis dans le même cas que toi, salarié avec l’envie de faire du reprenariat.
Je me posais exactement les mêmes questions que toi.
Merci de les avoirs posé.
Je vais lire le livre de Sébastien et me former à ma futur activité.

Merci à tes les participants du forum j’avance beaucoup plus vite avec vos conseils.

Ali.

2 J'aimes

Bonjour,

A priori, je n’ai pas le profil d’un repreneur, je n’ai jamais été chef d’entreprise, directeur commercial, ou cadre supérieur.

En revanche, j’ai oeuvré pendant près de 20 ans en tant que gestionnaire puis responsable contentieux des financements aux entreprises en Ile de France ; mes compétences datent un peu c’est vrai, mais même si cela a changé, je connais bien les procédures collectives, (du côté des créanciers seulement), et j’intervenais beaucoup en amont pour les aider au mieux (avant la PC);
j’ai également approché les procédures de sauvegarde ; mais pas suffisamment à mon gout.

Aujourd’hui mon profil/envie serait plutôt d’être consultante.
Mon désir d’être utile renforce cette envie.
Mais la perspective d’une reprise en tant qu’investisseur reste également un autre objectif, et celui d’être un acteur économique, comme pour maintenir les emplois, serait vraiment magnifique.

J’espère de tout coeur que cette aventure va m’amener quelque part,
Bonne continuation à tous,
Et mettons à profit ces moments de confinement pour apprendre des choses nouvelles, nous améliorer, en nous fixant petits objectifs au fil des jours, et qui deviendront de grandes rivières bientôt
Fabienne

9 J'aimes

Voici le témoignage d’un cédant (et ancien repreneur) en 2mn30
Eric Boulesteix avait repris en 1984 une entreprise de charpente fondée en 1961 et vient de la revendre.
Il partage le parcours de la cession de sa société de Charpente en Poitou-Charentes. Sa vision des choses est pertinente et intéressante pour les repreneurs.

8 J'aimes

Salut Louis on echange si tu veux voici mon tel 0693509650 fabrice

1 J'aime