Reprise d'entreprise par un militaire

Bonjour,
Les militaires n’ont pas le droit d’être dirigeants d’entreprise, cependant, ils ont le droit de détenir des parts sociales.
Je me disais que ça correspond tout à fait à la logique du reprenariat tel que Sébastien la conçoit (sans diriger l’entreprise).
Par contre, se pose la problème de la holding où ont doit bien être dirigeant j’imagine, au moins pour une SASU.
Suis-je dans le vrai ? Avez-vous une astuce pour la holding ?
Merci à tous

1 J'aime

salut mat38
oui tu as raison il faut une holding dont tu est le dirigeant !!
si tu est mariée pourquoi pas ta femme une personne de confiance !! mais il faut que cela se passe bien entre vous !!
pose la question directement à Sébastien il a peut être une solution

1 J'aime

Avec une femme fonctionnaire, elle ne peut pas diriger la holding bon plus :frowning:

2 J'aimes

Bonjour Jérôme,
Ce forum devrait te permettre de trouver un ou des associés complémentaires à ton profil.
A plusieurs bien choisis, on peut être plus fort.
N’hésite pas à m’en parler.
Bonne continuation

3 J'aimes

Bonjour,
L’avantage d’avoir des associés, c’est justement d’être complémentaire. Aussi bien pour les compétences, le savoir être et pourquoi pas dans ton cas ton statut qui peut être bloquant…

Quand à s’associer avec sa femme encore faut il qu’elle soit impliqué et intéressé par le sujet. Et l’entente perso et pro sont des choses différentes. Ça peu devenir source de conflits. A voir, chaque couple est différent, mais je pense que c’est moins risqué de le faire avec qqn d’extérieur au couple.

1 J'aime

Bonjour !

Effectivement, la solution est une personne de confiance ou un associé dans le Holding. Lui prendra le mandat social et tu resteras juste actionnaire, sans mandat.

Une personne qui a suivi le coaching est dans ce cas, il a peut-être une autre solution. Kévin, si tu nous lis. :slight_smile:

Excellente journée.
Sébastien

5 J'aimes

merci LePetit

Quelles sont les compétences dont tu souhaites t’entourer?

c’est à moi tu pose la question

Bonjour à tous,

C’est un sujet très intéressant qu’est la reprise d’entreprise sous le statut de militaire. Ce sujet avait été soulevé par l’un des membres du coaching (@Kevin) , voici la réponse que je lui avais formulée à l’époque:

Militaire et Chef d’entreprise:
La législation en la matière s’est assouplie, dorénavant un militaire peut cumuler son statut avec celui de chef d’entreprise s’il a 8 ans de service et s’il remplit l’une des conditions suivantes:

  • être à moins de 2 ans de la limite d’âge assignée à son grade
  • être à moins de 2 ans de la date limite de durée de service
  • être en congé de reconversion

S’agissant du congé de reconversion, celui-ci fait l’objet d’une autorisation du Ministère de la Défense.

De la même manière, il faut solliciter l’autorisation de sa hiérarchie 2 mois avant la création de son entreprise. (Article R4138-29-1 du Code de la défense )

Militaire et actionnaire
Je pense que c’est là que se trouve la parade pour pouvoir accéder plus facilement à la reprise d’entreprise.
A partir du moment où le militaire n’a pas de mandat social et n’est pas majoritaire au capital social de la holding, il pourra accéder à la reprise d’entreprise sans passer par les contraintes susvisées. L’associé prendra les fonctions de Président par exemple.

Au plaisir d’échanger,

Orlane

Merci pour ces éléments #Orlane.
En effet, les 3 conditions que tu évoques sont assez limitées, c’est à dire ouvertes aux militaires aux situations de fin de carrière ou de contrat.
L’actionnariat semble être la solution, à condition de trouver le(s) partenaire(s) de confiance et qui ait des objectifs similaires (domaine d’activité, zone géographique, stratégies de reprises, …)

3 J'aimes

Etant dans le même cas que toi, militaire avec épouse fonctionnaire, je te confirme tout d’abord qu’il faut une autorisation de la hiérarchie considérant que, pour eux, il s’agit là d’un second job. La seule exception concerne la gestion de ses biens personnels… ce qui n’est pas le cas lorsqu’on reprend une entreprise.
J’ai eu l’occasion d’essayé dans les règle de l’art et me suis retrouvé fasse à un refus…
Si tu es militaire de la gendarmerie, on te le refusera si l’entreprise est dans ton secteur (conflit d’intérêt).
Dans tous les cas, on te rétorquera que tu es militaire H24 et qu’une reprise d’entreprise n’est pas compatible avec l’engagement attendu d’un militaire…
Le juriste ayant traité mon dossier m’a même conseillé clairement de ne pas faire de demande sachant qu’aucun contrôle n’est effectué s’il n’y a pas de délation… je ne le conseille pas, mais bon…
De mon point de vue, la seule solution viable est de se lancer après la retraite en profitant de l’aide à la reconversion.
S’il y a un autre moyen je suis preneur, mais pour le moment je pense plutôt m’engager sur la voie de la retraite pour cette raison notamment…

2 J'aimes

Du coup, si tu es juste associé dans la holding, donc actionnaire minoritaire, ça ne pose pas de soucis ?

Bonjour @Sebastien
J’aurai une question sur les mandataires sociaux.
Quand le holding détient sa cible tu préconise pour la gestion d’y mettre un gérant afin de se dégager du temps pour continuer nos acquisitions par la suite. L’idéal serait qu’il soit déjà dans l’entreprise si ce n’est pas le cas trouver la personne qu’il faut par le biais d’une embauche.
Mes questions sont:
pour ce gérant, quel statut aura t-il, président, directeur général ou juste mandataire social dans la cible en SAS ? Et surtout quels pouvoirs de décisions aura t-il et n’est ce pas risquer pour la gestion si quelqu’un d’autre que nous à les pleins pouvoirs de la cible SAS ?
Cordialement
Emane.

1 J'aime

Bonjour Ema,

En ce qui me concerne, je ne reprends des entreprises que s’il existe déjà un management en place, car je ne veux pas faire d’opérationnel, ni n’en ai le temps matériel. Mais ce n’est pas l’unique manière de faire.

En ce qui concerne les mandats sociaux, mon Holding est Président de la société cible et la personne que j’ai identifié est DG, soit immédiatement, soit avec le temps si je considère qu’il y en a besoin.

Le DG a presque les mêmes pouvoirs que le Président mais la grosse différence est que le Président peut révoquer le DG Ad nutum, mais pas l’inverse. Donc j’ai un certain droit à l’erreur dans le choix de la personne, même si j’essaye bien sûr d’éviter de me tromper… :slight_smile:

Excellent week-end.
Sébastien

3 J'aimes

Merci @Sebastien pour ton retour, donc il faut dès le départ choisir tant bien que mal la bonne personne même si on est jamais sûr. Mais c’est l’idéal d’avoir des dirigeants déjà en place , on arrive dans l’entreprise on donne nos lignes directives et on les laisse faire prospérer l’entreprise grâce à leurs savoirs-faire.
Excellent weekend
Emane

1 J'aime

Non ça ne pose pas de soucis à condition que le gérant de ta société ne soit pas fonctionnaire…

1 J'aime

Bonjour à tous,
Je m’appelle Mehdi et je suis officier de carrière dans l’armée de terre.
Je vous remercie d’avoir développé ce sujet car actuellement l’institution militaire ne laisse partir que très difficilement son personnel et je me retrouve comme certains d’entre vous limité dans mes actions de reprises de sociétés.
Je pense effectivement que la solution évoquée par Orlane est la meilleure.
Encore faut-il avoir une personne de confiance pour être majoritaire au capital social de la holding et exercer la fonction de président ! Messieurs, à vos épouses ;).

Mehdi.

3 J'aimes

Merci pour ce retour.
Excellent la société de conciergerie, c’est vraiment un secteur sois exploité et qui va cartonner dans l’avenir (hors période de confinement…)

1 J'aime

Merci :wink: !! C’est vrai que le confinement ne fait pas du bien au business mais c’est aussi une opportunité unique pour préparer la suite et repartir de plus belle !!

1 J'aime