Reprise d'entreprise et achat des murs

Bonjour tout le monde !
nouveaux sur le forum je voulais déjà tous vous saluer ! et vous souhaiter de tous réussir dans vos deals !!

Je me demandais la SCI présente dans une holding peux récupérer les murs d’une entreprise racheter par la holding et mettre la nouvelle entreprise en locataire (dans l’intention d’une cession future)?

Merci pour vos réponse

5 J'aimes

Bonjour Jason et bienvenue !

C’est tout à fait possible, mais par expérience, les reprises avec immobilier sont plus difficiles à financer.

Excellente journée.
Sébastien

3 J'aimes

Merci pour votre réponse
je sais que les deals sont plus difficile mais il y a moyen d’augmenter la rentabilité sur le long terme selon moi c’est dans cette optique la

Le sujet de l’intégration de l’immobilier dans une reprise m’intéresse également. D’ailleurs, je travaille le sujet sur un cas concret :
Actuellement, une sci est propriétaire de 2 bâtiments.
Un des bâtiments était exploité comme hôtel-restaurant jusqu’en 2013, puis réduit à l’activité de maison d’hôtes depuis lors.
Je ne peux pas faire de reprise via holding, car la société n’existe plus (micro désormais, pour raison de retraite entre autres).
L’idée est de reprendre l’activité par une création (la clientèle existe et potentiel de développement, excellente réputation, site touristique).
Zéro financement à faire, juste une trésorerie de départ.
Il m’est tout à fait possible (pré-accord verbal du cédant) de financer la totalité de l’immobilier en crédit vendeur.

Est-ce problématique de tout intégrer dans la même société d’exploitation, sachant que la valeur de l’actif immobilier pourrait me servir pour un financement avec nantissement de celui-ci ?
Je suis en train chiffrer quelques travaux et la première année.

J’ajoute, pour compliquer un peu la réflexion, que le second bâtiment, peut me permettre de développer une tout autre activité, de type industrielle (investissement conséquent, pouvant s’appuyer sur l’immobilier par nantissement aussi)

Merci pour vos avis éclairés, même s’il s’agit là plus d’une création sur ruine que d’une reprise…

1 J'aime

Si tu finances tout en CV, pas de souci… le problème se pose dès que tu mets une banque dans l’histoire. Elles n’aiment pas financer à la fois le LBO et l’immobilier. Mais sans eux, en avant. Juste jamais eu de cédant (jusque là) qui acceptent de l’immo en CV. Donc félicitations ! :slight_smile:

1 J'aime

Merci @Sebastien pour ta réponse.
Il ne m’est pas vraiment possible de lancer l’affaire initiale sans un concours bancaire, même minimal. Même si le financement BFR est compliqué, le plan de relance à venir pour le secteur d’activité, avec un soutien BPI, est jouable (d’après mes infos). Ceci dit, avec un peu de sueur et de jus de cerveau, c’est jouable.
En revanche, le projet industriel va quant à lui nécessiter un concours bancaire, avec un nantissement sur l’immobilier. Car en auto-financement, ça pourrait prendre des décennies. A moins que je ne parvienne à mendier des subventions là encore.
Si tout l’immobilier est propriété de la société d’exploitation hôtelière, l’industrie va devoir louer à celle-ci.
N’y aurait-il pas intérêt tout scinder ?
Bref, je voudrais faire simple tout en limitant l’avalanche de droits de mutation qu’il faudra là encore financer.

1 J'aime

L’idéal est de scinder en SCI et société d’exploitation, mais le tout te coutera probablement plus cher.

Pour moi, la clef est la garantie que le cédant va te demander en face du CV. Car s’il demande le nantissement de l’immobilier, il n’est plus disponible pour financer la relance… En revanche, si l’immobilier est libre, tu ne devrais pas avoir de souci à trouver un prêt bancaire avec nantissement de l’immo, pour partie de la valeur. Et très probablement tu auras effectivement un prêt BPI, car la relance du secteur va être très difficile. Beaucoup vont mourir et ils n’auront pas le choix que d’aider ceux qui auront tant bien que mal survécu…

2 J'aimes

Merci, tu as raison.
Par économie, je pense donc tout placer sur une seule structure.
J’ai annoncé au cédant dès le départ que l’immobilier devait rester libre pour relancer l’affaire. Donc c’est clair concernant le CV, laissant libre l’immobilier pour les financements.

2 J'aimes

Dans ce cas, je dirais que tu as un boulevard, donc fonce. :slight_smile:
Bravo pour ce futur deal !!

1 J'aime