Remontée de trésorerie

Bonjour à tous,

Je suis en train de rencontrer plusieurs cédants et je m’aperçois que certains (pour ne pas dire tous) veulent récupérer leur trésorerie et/ou fonds propres avant de vendre leur société.

Si c’est le cas, il n’y a quasi plus de trésorerie (uniquement l’équivalent du BFR) dans la société pour la racheter.

Un moyen pour limiter ce risque ?

Merci à tous, ce n’est pas encore assez clair pour moi.

Yakine

2 J'aimes

Si on se place à la place du vendeur, c’est totalement logique : Il comprend que c’est l’argent de sa boite qui va servir à la racheter (argent qu’il a déjà) !
Tout le monde réagirait de la même manière.
Donc s’il n’y trouve pas un avantage financier, à savoir moins de taxes/impôts que de sortir l’argent en dividendes ou primes exceptionnelles, pourquoi accepterait il de procéder ainsi ?
Il y a donc un gros travail de pédagogie à faire sur le montage pour qu’il puisse y trouver un intérêt.

3 J'aimes

Merci pour ton retour, je comprends parfaitement.

Pour être franc, j’ai toujours trouvé ça presque aberrant de ne pas le faire pour les vendeurs. Mais j’ai cru comprendre que c’était une pratique souvent mise en avant ici.

Ma question est donc : quels sont les avantages pour le cédants (fiscaux) de laisser de la trésorerie plutôt que de la sortir en dividende ?

Merci

2 J'aimes

Le cédant peut avoir un abattement sur la plus value qui peut aller jusqu’à 85% alors que sur les dividendes il est de 40%.
Cela veut dire que dans le premier cas il paie des impôts sur 15% de la plus value alors que dans le deuxième cas il paie des impôts sur 60% des dividendes. Voilà pourquoi il peut être intéressant de laisser de la tréso dans une société en vente.

2 J'aimes

Flat taxe c’est 30% non ?

La flat tax est une option, mais les régimes de taxation antérieurs existent toujours.

La flat tax est intéressante pour les dividendes importants et pour les plus value à court terme.

1 J'aime

La trésorerie excédentaire permet d’augmenter la valeur de l’entreprise, mais en aucun cas le dirigeant ne peut se la reverser directement, sauf en dividendes exceptionnels, mais l’abattement n’est que de 40% ( ou en passant par la case prison pour abus de bien sociaux si versement direct :wink: ).
Ces fameux 85% d’abattement sont applicables sur les plus-values la session des titres détenus depuis plus de 8 ans.
C’est donc le montant de la vente incluant la valorisation de l’excédent de trésorerie (net des dettes) qui permet indirectement au cédant de « partir avec la trésorerie ».
Charge à l’acheteur de faire remonter cette trésorerie excédentaire vers la holding pour payer une partie du deal.
A noter que ce taux de 85% d’abattement est soumis à certaines conditions.

5 J'aimes