Remboursement d'un apport bancaire par la cible?

Salut à tous,

Voilà j’avance sur des deals et j’en ai un intéressant, 1,3 M de CA en moyenne ces 3 dernières années un EBE à 204k et une tréso nette de dettes financières à 700k ! ( à vérifier l’état post coronavirus)
Bref le gérant en voudrais 1M cash (ne veut pas entendre parler de CV :frowning: ).
La question que je me pose est la suivante:
Si je fais un apport en compte courant d’associé de x% à la VSI pour obtenir le crédit bancaire(si la banque demande un apport), puis-je remonter des dividendes exceptionnels pour rembourser ce compte courant d’associés sans que cela soit illégal ?

1 J'aime
  • Sébastien préconise dans sa méthode de ne pas mettre d’apport perso. Après libre à chacun…
  • Une partie de la tréso peut faire office d’apport pour obtenir un prêt bancaire.
  • Le prix demandé me semble un peu élevé. Il faudrait lui proposer un earnout sur 200-300k
  • Il faut voir ce qu’il reste de la tréso et quel impact a eu le covid sur l’activité.
4 J'aimes


perso Je dis « NEXT »

1 J'aime

pk dire next aussi rapidement un achat vente c’est une négociation.
Il demande 1M€ moi je propose 600k€ et puis on essaye d’avancer
Il faut étudier un peu plus et jouer la négociation avec un peu de temps quelques RDV

5 J'aimes

Merci les gars pour vos réponses, en terme de valorisation si la trésorerie est toujours de 700k ça fait un deal à 1.5 x EBE + tréso nette de dettes, je trouve pas cela cher payé sachant que je ne valorise même pas le stock…
Vous êtes dur en affaire :slight_smile: .

@Chris Oui en effet je suis contre l’apport perso aussi mais si je peux tout me rembourser derrière c’est comme si je n’avais pas fait d’apport au final , j’ai juste avancé l’argent en compte courant.
Ma question portait plutôt sur la légalité de la chose.

1 J'aime

Bonjour Benjamin,

Tu peux effectivement faire une avance en compte courant et te rembourser par la suite avec la trésorerie excédentaire car la holding aura une dette envers toi. Une avance en compte courant est un mécanisme beaucoup plus souple qu’un apport en numéraire pour le capital.

Effectivement, certains sont durs en affaires ici :sweat_smile:. Enfin sans connaitre les chiffres parce que j’ai déjà fait des négo à -40% à partir du moment où c’était justifiable. Le prix n’est qu’un chiffre, un deal se construit lorsque les deux parties sont d’accord sur les éléments. Je te dirais de continuer à discuter avec le cédant. Vous allez faire preuve de créativité pour trouver des solutions si l’affaire est vraiment intéressante !

6 J'aimes

Salut Benjamin,

Je suis d’accord avec toi sur la valorisation du deal. Tu as plusieurs solutions selon moi sans risquer tes fonds perso.
1: Faire un 100% de financement avec du financement obligataire (financière saint honoré, wesharebonds etc)
2: Financement bancaire traditionnel tu dis à la banque tu apportes jusqu’a 40% grâce à l’excédent de trésorerie de la cible
3: tu proposes à ton cédant 50% financement bancaire + 50% crédit vendeur (payé en une seule mensualité gràce à la tréso) certaines banques considère le CV comme un apport.

Voila il y a beaucoup de possibilités dans ton cas vu que la cible à une excellente tréso disponible.

Le seul inconvénient quand tu passes par une banque ou des investisseurs c’est qu’il va falloir les convaincre eux aussi que tu es le bon repreneur pour cette cible. Et les banquiers ont une fâcheuse habitudes a nous prendre de haut quand démarre dans la reprise d’entreprise…
En définitive c’est juste plus compliqué mais reste complètement jouable !

Bonne chance pur la suite

3 J'aimes

Salut Armel,

merci pour ton retour pointu comme d’habitude^^.
Après entretien avec le cédant aujourd’hui je suis parti sur 100% CV en majorant le prix de 10%, il doit réfléchir… Donc disons que je prends ça comme un non pour le moment.
Je reviendrais à la charge avec un paiement en « cash » si ça ne lui convient pas.

A suivre

3 J'aimes

Bonjour @Benjamin, merci pour ton partage d’expérience.

ça a donné quoi finalement ?

Stratégie gagnante ?

Salut Félix,

Malheureusement après plusieurs tractations le « cédant » m’a avoué ne plus vouloir céder son affaire car il n’était pas prêt…

1 J'aime

Mince ! :frowning:

qu’est-ce qui a bloqué à ton avis ?

Pas assez d’argent immédiatement ? Peur du CV ?
Manque de confiance vis-à-vis de toi et de ton expérience/capacité ?
Procédure trop compliqué / manque de compréhension/connaissance de sa part (par rapport aux impôt par exemple) ?
Est-ce que tu lui aurais redonné confiance dans les perspectives de croissance de son entreprise ?
Manque de perspectives personnelles de son côté (que vais-je faire après) ?

En bon petit commercial, je suis en train de me faire une liste des objections/réponses :wink:

Donc toute élément de réponse serait utile :wink:

Le problème de cette situation est le mutisme du cédant, au final je pense que même si je lui avais apporté l’argent cash il n’aurait pas souhaité vendre car il ne veut tout simplement pas vendre (sa femme veut en revanche).
J’ai eu son fils au téléphone qui m’indiquait qu’il n’avait pas psychologiquement passé le pas de la séparation d’avec sa société…

1 J'aime

Je comprends. merci :wink:

quid d’un désengagement en douceur/progressif (sur plusieurs années) ?
histoire de lui donner le goût de la liberté dans l’espoir qu’il te propose le reste des parts d’ici quelques temps ?

Tu t’entendais tout de même bien avec lui ?

Malheureusement non, 10 jours après la LOI il m’a signifié ne plus vouloir vendre et depuis n’a plus jamais répondu à divers messages et appels.
Peut être qu’un jour il se réveillera en se disant c’est bon je vends…

1 J'aime