Quelle intégration possible entre éthique et reprenariat d'entreprise

Bonjour à Tous et toutes,
Avec ce cov 19 , les révélations des dessous qui se multiplient de jour en jour; le souvenir d’un film qui m’a marquée à l’époque: la liste de Schindler; je me demandais si l’on pouvais aussi en parrallèle à notre passion du reprenariat d’entreprise
(à la fois pour préserver les emplois, pour l’économie réelle, pour être confortable financièrement; chacun (chacune) à des motivations légitimes)
mener une vraie réflexion de fond concernant l’essence de ce que devrait être une entreprise et non ,comme trop souvent aujour dhui, la poursuite sans fin de toujours plus de profit, d’optimisation etc.
Comment trouver un équilibre entre rentabilité et respect du travail humain à son rythme. Voulons nous suivre Bill Gates ou LVMH ? , les dés sont ils pipés d’avance intrinsèquement au fonctionnement structurel de l’ensemble? avons nous une marge de manoeuvre éthique ?, avec possibilité d’une convergence entre un modèle de développement durable et d’économie circulaire ? . Pleins de questions et peu de réponse.
Et en tout cas un gars intéressant à vous suggérer: Gunter Pauli.
(Soyons aussi intlligent que la nature, les nouveaux entrepreneurs du développement durable).
Nous pourrions avoir deux parties dans ce forum; celle actuelle, et une autre ne traitant que de ces questions. Que suggérez vous ? Bien cordialement. Rose

2 J'aimes

L’ISR (investissement socialement responsable) a le vent en poupe et ce qui est encore plus intéressant, c’est que les sociétés qui sont engagées dans une démarche ESG (environnementale, sociale et de gouvernance) ont surperformées les autres durant ce début de crise.
Cela donne à réfléchir …

1 J'aime