Fond de commerce ou entreprise ? La différence >

Bonjour à toutes et à tous,

Je sais que c’est une question vu et revu, mais quand une personne met en vente un fond de commerce il s’agit juste du local commercial qui est à vendre et non pas du business qui s’y déroule ?
Du coup je voulais bien avoir une petite synthèse d’un pro qui sait faire la différence dans les annonces merci à vous :slight_smile: !

Merci à vous,

Hana

6 J'aimes

Je te mets quelques éléments ici, pour faire la différence :

Le fonds de commerce englobe les éléments corporels et les éléments incorporels de l’entreprise :

  • les éléments corporels, à savoir le stock, les matières premières, le matériel, les machines… :office:
  • les éléments incorporels, c’est la base clients, les marques de l’entreprise…. :busts_in_silhouette:

Lorsque tu rachètes un fonds de commerce, tu ne rachètes que des actifs, tu ne reprends pas les passifs (les dettes). Mais c’est tout de même le business que tu reprends, pas juste le local.

Alors que si tu reprends les parts sociales de l’entreprise, tu reprends les actifs mais aussi les éléments du passif.

Mais dans la majorité des cas, c’est bien les parts sociales que je recommande de reprendre.

J’en dis un peu plus dans cette vidéo :

11 J'aimes

Merci beaucoup Séb :slight_smile: !

1 J'aime

Merci Sébastien, Formidable .

Merci pour vos éclaircissements car je débute ma recherche ,

et cette question je me la posais

merci pour toutes ces infos ça me fait gagner beaucoup de temps

merci pour les infos

Merci beaucoup seb pour les info :+1:
je vais parcourir le forum pour voir si j ai des réponse à mes questions.

Un différence importante également concerne la trésorerie : Est-ce qu’on la récupère (et dans ce cas, comment s’en servir pour l’acquisition, ou non?) Je me posais la question et voici la réponse : Non. Il faut donc bien anticiper les BFR dès le démarrage.

S’agissant d’une acquisition de fonds de commerce, l’acquéreur devient propriétaire de l’activité, et donc de la trésorerie créée, à compter du premier jour d’exploitation. La trésorerie n’est pas transférée au jour de la cession, de même que les créances sur les clients qui n’auraient pas encore réglé le produit de leur prestation. Ainsi, l’acquéreur devra financer les premières dépenses sur sa propre trésorerie : le fameux fonds de roulement !

Il conviendra de prévoir un apport suffisamment important pour faire face aux premières dépenses (salaires et charges sociales, loyer, communication, etc.), l’acquéreur devant attendre les premières rentrées financières de ses nouveaux clients pour financer son activité.

En plus du prix versé au cédant, l’entrepreneur doit évaluer et financer une trésorerie de départ.

Comment monter le dossier de financement du fonds de commerce ?

Acheter un fonds de commerce nécessite de financer deux éléments qui n’ont pas la même valeur pour un banquier :

– le fonds de commerce, la clientèle ;

– le fonds de roulement.

Le financement du fonds de commerce répond à des critères précis de dégagement de trésorerie et, si le dossier est correctement monté, un financeur pourra accorder un emprunt sur 7 ans maximum, en analysant l’histoire de ce fonds et sa rentabilité future.

En revanche, le financement du fonds de roulement est moins aisé à financer pour une entreprise nouvelle. Il est souvent délicat de demander à un banquier de financer du décalage de trésorerie et de quoi acheter les premiers éléments de stocks ou payer les premiers mois de salaires et de charges sociales. Ainsi, l’apport personnel du repreneur d’entreprise sera affecté en priorité au fait de « lancer la machine » et le financeur se verra proposer d’intervenir pour du financement long terme, sur lequel il pourra baser la rentabilité et le dégagement de trésorerie de l’activité reprise… une fois celle-ci lancée !

Dans ce cas, il reviendra à l’entrepreneur d’expliquer clairement le montage et l’affectation de son apport personnel. Pour aider à bien comprendre les implications de chaque intervenant (le repreneur, via son apport et le banquier), le plan de financement pourrait être présenté mensuellement pour les deux premières années. Ainsi, le fonds de roulement nécessaire pour permettre les dépenses intervenant juste après le rachat serait présenté au même niveau que l’acquisition du fonds de commerce.

sources : https://is.gd/XCIrFp

3 J'aimes

Merci Sébastien pour ces précisions, tes vidéos, tes Lives.
J’aurais néanmoins encore un besoin de précisions.
J’ai bien entendu que tu n’aimes pas lorsque du foncier vient se mêler au deal, pour entre entres des complexités de financements (si je résume).
Je regarde une opportunité et pour faire court voilà ce qui est présenté:
« L’entreprise est propriétaire des murs et la cession des parts englobe le fond de commerce, le stock, le foncier ainsi que tous les actifs détenu par l’entreprise. »
N’est-il pas judicieux de faire valoriser le foncier et de le reprendre via une SCI, La SCI pourrait ainsi louer à l’entreprise par la suite?
Merci d’avance de ton avis éclairé.

1 J'aime

Bonjour Ludovic,

Ce n’est pas que je n’aime pas ça, c’est juste que ça complique le financement des deals. Les banques demandent plus de garanties pour financer les 2, et donc très difficile de les financer sans apport.

Après, il y a bien sûr des exceptions. Il faut juste être certain de la valeur intrinsèque du bien, indépendamment du business.

Excellente journée.
Seb

1 J'aime

Bonjour Ludovic,
Effectivement sortir le foncier pour le mettre en SCI peut être intéressant et créer du revenu. La difficulté étant son financement. Si tu es dans une zone avec une forte pression foncière (cf la commune), alors une banque peut financer à 100%. Sinon, un expert comptable pourrait te trouver des solutions ?

3 J'aimes

Merci Jean-Marc et Sébastien,
Je vais regarder de près la piste de la SCI car le foncier pèse beaucoup dans cette reprise et l’emplacement étant très intéressant, ça me parait possible de trouver le financement pour l’immobilier. Reste maintenant à savoir comment va pouvoir se négocier le reste à la sortie de crise.

1 J'aime

C’est toi l’acquéreur donc tu es en position de force actuellement !
Personnellement je suis en position de cédant et les acquéreurs, en face, ils font ce qu’ils veulent

1 J'aime

Bonjour

Je n’ai pas encore pris le temps de regarder la vidéo, mais je me pose les questions suivantes :
Pour le cédant, est ce que vendre le fond de commerce en lieu et place des parts sociales change quelque chose à la fiscalité ? Pas de vente de titre = pas d’impôts sur les plus values ? Du coup comment est imposé ce revenue? En CA?
Pour l’acquereur, dans le cas du fond uniquement, s’il ne reprends pas le passif, cela veut il dire qu’il ne paye pas les factures fournisseurs des commandes passées avant la vente? Et donc fait du chiffre avec de la marchandise qu’il n’a pas acheté (même si le stock est valorisé) dans le cas d’un livraison de matière première dont la réception est prévu après la vente? Ou encore, la facture d’énergie qui englobe la période doit être réglée au prorata ?
Enfin, les congés payés des salariés sont, d’une certaine façon, un passif, faut-il en tenir compte si on reprends juste le fond de commerce ?