Etude reprise entreprise en difficulté BTP

Bonjour les repreneurs!

Demain j’ai mon premier RDV face à face avec le dirigeant d’une entreprise en difficulté.

Il s’agit d’une entreprise de construction/BTP dont le chiffre d’affaires tournaient à 10M€ en 2013 et qui n’a cessé de décroitre depuis, jusqu’à atteindre 4.5M€ en 2019.
Voici quelques chiffres concernant l’entreprise:

  • CA: 4.5M€
  • EBE négatif: -240k sans retraitement (négatif en 2019, 2018 et à peine positif en 2017)
  • Dispo: 200k
  • Dettes fournisseurs: 1M
  • Dette fiscale: 1.3M
  • Compte courant d’associé: 350k
  • 20 employés en comptant le gérant (une cinquantaine il y a quelques années)

L’entreprise sort d’un redressement judiciaire qui a duré environ 18 mois. J’ai eu les administrateurs au téléphone qui m’ont assuré qu’à la fin de leur période d’observation, en faisant certains retraitements l’entreprise redevenait rentable. Le dirigeant a proposé un plan avec une demande d’étalement de la dette Fiscale sur 8 ans qui a été accepté par le tribunal de commerce.

A mon sens l’EBE est négatif car, en plus des charges fiscales très élevées dues à la dette et aux licenciements, il y a des dépenses en sous traitance trop importantes vs le chiffre d’affaires. Du moins par rapport à ce que j’ai observé sur d’autres entreprises de la même industrie sur ce type de chiffre d’affaires.

Le dirigeant en voudrait 410k, je pense pour couvrir les comptes courants d’associé.

Est-ce que en ayant ces quelques éléments vous proposeriez une reprise à 1€? Je pensais ajouter de l’earn out sur plusieurs années pour me rapprocher de son prix de cession, mais à vrai dire j’ai du mal à me dire que je vais payer le gérant alors que j’aurais fait le travail sur les prochaines années pour remettre l’entreprise rentable. Qu’en pensez-vous?

Merci de vos retours! :wink:

Je devrais ajouter que l’actuel gérant a 69 ans et qu’il est le propriétaire du bâtiment où se situent les bureaux (88k de loyer pour cette entreprise), en plus d’autres investissements immobiliers. :ok_hand:

S’ils sont sortis de RJ avec un tel cumul de dette c’est qu’un plan de continuation a été défini.
Il faudrait avoir l’échéancier pour le fisc et les fournisseurs afin d’y voir plus claire sur les charges financières à venir.

1 J'aime

Avec un tel endettement, il est préférable de partir sur un Earn out à 100% sur une période de 5 ans maxi. Mais tu nous dis qu il est propriétaire de ces locaux sur lequel il se versé 88K de loyer par ans. La au vue d’une telle PERTE CA vaudrait il pas mieux de repartir des locaux plus adaptés
ou la aussi renégocier le loyer qui pèse sur les charge.
Dans tous les cas, il n’a pas de choix vu son âge.
Ou il ferme (cela lui coûter au la somme qu’il demande) ou il essaye de limiter les dégâts en acceptant ce deal.

Escuse moi de mes erreurs de frappe mais je fais 2 choses à la fois.
Maintenant poses toi une simple question,
Penses tu que ce n’est pas un peu de sa faute ce résultat ?
Maintenant à toi t’en tirer les conclusions.

Je reprendrais cette entreprise, à condition de connaître le métier globalement (commercial et technique) et de vouloir y travailler. L’entreprise a une valeur négative, c’est à dire que je la reprendrais avec une soulte, qui serait inférieure au coût d’une fermeture; J’irais également voir les administrateurs qui parleront plus facilement à un interlocuteur que s’est déplacé. Et finalement je ne vois que des points négatifs dans cette reprise; Quels sont les points positifs? C’est déjà assez difficile de reprendre avec des points positifs mais dans cas-là?

JJ

Une entreprise qui fait 4.5M€ de CA, il doit certainement y avoir des marges de manœuvres pour dégager un résultat positif. Il te faudra avoir le dossier complet pour tout analyser dans le détails, regarder la masse salariale qui doit au moins tourner entre 800 et 900K€, le salaire des dirigeants combien est-il ?
Les dettes ça se négocie, que ce soit avec les fournisseurs ou avec l’état. De même si il y a des banques (découvert, crédit etc…) possibilité de négocier également. Le bail à négocier également si possible afin de réduire le loyer.
Il faut regarder le niveau de capitaux propres, car c’est un point que regarde les banquiers si tu demande un financement.
Au vu du dossier je proposerai un CV avec un mini de 50% en earn-out, il me semble difficile de faire accepter une reprise à 1€ , tu peux tenter un 100% earn-out. L’entreprise a tout même une valeur même si elle ne génère pas de bénéfice, et le dirigeant dispose d’un compte courant qui voudra difficilement lâcher.
Le montant du CV je le déterminerai en faisant tous les retraitements possible et un prévisionnel sur 3 ans pour estimer les marges mini réalisables et voir si ça colle avec un CV. Mais en tout état de cause, cette société demandera beaucoup d’énergie pour la remettre à flot.

Bonjour, tu pourrai lui proposer une offre à la performance. Un « Earn-in » par exemple.

Je pense que BRAM a raison, il faut tout mettre sur la table, l’endettement fournisseur et fiscal.
L’analyser complètement et regarder surtout les marges brut des derniers chantiers.
Vérifier la compatibilité des chantiers réalisés avec l’expérience de la société. (appel aux différents sous-traitants pour la réalisation).
Est ce des marchés publiques (la je pourrais comprendre une tel perte).
Cela serait bien de creuser vraiment dans ce sens.
De toute façon il n’a pas de choix que t’accepter « une main tendue ».

S’ils sont sortis de RJ c’est que les dettes ont déjà fait l’objet d’un étalement et que le tribunal a validé l’échéancier. Il n’y a plus de négociation de ce côté. Un défaut de paiement d’une échéance et c’est la mise en liquidation.

2 J'aimes

Chris a raison. Pour simplifier il faut identifier les raison pour lesquelles l’entreprise est en perte.
Elles peuvent être multiples: marché globalement en récession, âge et motivation du cédant, mauvaise organisation de l’entreprise (technique ou commerciale), qualité du personnel (les 20 restants sont souvent des bras cassés, les meilleurs partent en premier, d’autant qu’ils acceptent de partir avec peu d’indemnités, sachant qu’ils retrouveront un job facilement). Une fois les raisons connues, il faut savoir si on a les capacités d’y remédier. Une fois cela réglé, il faut faire un plan réaliste où figure tous les scénarios possibles optimistes et pessimistes et décider à partir de cela. JJ

1 J'aime

Il faut aussi savoir que l’existence d’un plan de continuation de la part des administrateurs accepté par les créanciers, n’a souvent rien à voir avec la viabilité de l’affaire; En effet, les créanciers préfèrent éviter le dépôt de bilan à tout prix, leur évitant de passer la créance en perte, et préfèrent l’étalement de la créance même si elle n’est pas très réaliste, car cela leur permets de ne pas avoir à comptabiliser une perte. JJ

L’obtention des l’échéanciers de remboursement est indispensable car les créances vont être variables dans le temps (les montants dépendent de la durée accordée par les créanciers pour le remboursement de leur dette.
A noter également que les créanciers sont généralement des fournisseurs indispensables à l’activité. Autant dire qu’ils ne vont pas être très cool niveau conditions de paiement pour des futures affaires … ce qui va accroître le besoin de tréso.

2 J'aimes

Bonsoir,

Merci à tous pour vos retours! Voici un retour sur mon rendez-vous:
Le gérant était plus agréable en face à face qu’au téléphone, même si ce n’était pas évident de récupérer des infos sur l’entreprise, pourquoi il s’est retrouvé dans cette situation. Encore moins d’information concernant les KPI de son business: pourquoi le taux de sous traitance est aussi haut vs CA? Marge moyenne par chantier? Montant moyen des chantiers (il m’a sorti 700k-1M, ça ne fait pas beaucoup de chantiers à l’année), durée moyenne, délai de paiement moyen des clients, etc.

De ce que je comprends de la situation, c’est un dirigeant plutôt âgé, très fort techniquement, qui a dû profiter de son réseau au moment de lancer sa boîte mais qui pêche complètement actuellement au niveau commercial. Il a voulu recruté du personnel à un moment de sa croissance mais n’a pas su maintenir cette croissance (car pas de sales dédié ni de process commercial bien établi) pour supporter la masse salariale, ce qui l’a amené à tous ces licenciements. Sans parler des échéances clients qui se montent à plus de la moitié de son CA ce qui a dû être compliqué au niveau trésorerie.

Effectivement l’entreprise se positionne principalement sur les marchés publics (mairie, région), bailleurs sociaux.

Je devrais avoir le plan de continuation via l’avocat du vendeur, j’en profiterai pour lui poser des questions plus précises sur les comptes.

Plutôt déçu de cette première rencontre: pas de revenus récurrents (même si c’est compliqué d’assurer du récurrent sur ce segment), une équipe pas complète à mon sens (manque de commercial, ou de process commercial), difficulté à récupérer des chantiers, et toujours pas de réponse sur ce manque de rentabilité opérationnelle. Mais ça forme c’est bien! :wink:

Salut écoute, si ce dirigeant est aussi vague c’est qu’il est un peu dépassé…
Les marchés public, il faut être ultra structure, bureau d’étude, chargé d’affaire, économiste(personne réalisant les appels d’offres) et j’en oubli encore.
Ce que je sais des marches publics c’est les marges sont plus aussi florissantes qu’il y a 10 ans.
De plus si on ne respecte pas les délais on se trouve avec de grosses pénalités de retard(1500 à 10000€ par jour). Comprends tu pq il en est arrive là !!!.

2 J'aimes